Entrepreneur Venture | EV finance MBD Technologies pour le rachat de Noma Composites
3492
post-template-default,single,single-post,postid-3492,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

EV finance MBD Technologies pour le rachat de Noma Composites

EV finance MBD Technologies pour le rachat de Noma Composites

Soutenu par Entrepreneur Venture, le groupe MBD Technologies rachète Noma Composites.

Inauguré en novembre, le TGV marocain, circulant entre Tanger et Casablanca, a un « nez » ornais. Soit un avant profilé identique à ceux circulant sur les lignes françaises. C’est la spécialité de Noma, qui réalise des pièces composites depuis 1958, dont la structure avant du TGV depuis 1994.

Installée à Mauves-sur-Huisne (Orne) depuis 1967, l’entreprise, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 8,1 millions d’euros, dont 95 % dans le ferroviaire, vient une nouvelle fois de changer de mains. Après avoir intégré le groupe Compin en 2007, puis le groupe BFG International en juillet 2013 sous le nom de Noma Composites, la PME normande de 100 salariés devient propriété du MBD Technologies Group.

 

Design industriel

A sa tête, Christophe Le Blanc, déjà dirigeant de MDB design depuis 2016, une agence parisienne de design industriel spécialisée dans le matériel roulant ferroviaire créée en 1972. Avec 15 salariés, MDB a réalisé 2,1 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier, dont 90 % dans le transport public, 70 % dans le ferroviaire et 50 % à l’étranger.

Arrivé aux côtés de Christophe Le Blanc et dans MBD Design, le fonds Entrepreneur Venture a permis l’acquisition de Noma Composites. « Il y a des synergies entre nos deux entreprises qui servent la même industrie. Quand on réalise le design, nous sommes bien placés pour en assurer la fabrication et demain l’intégration », explique le nouveau dirigeant. Avec des clients communs aux deux structures, comme la SNCF, Bombardier ou Alstom, MBD Technologies Group espère développer de nouveaux marchés comme celui du transport routier, de la défense ou de la ville intelligente, sur lesquels travaille MBD Design.

« Nous avons commencé à élargir le spectre en vendant nos pièces composites, qui affichent des promesses que les autres matériaux ne peuvent pas tenir, sur des marchés étrangers, comme au Danemark, en Belgique ou au Maroc », poursuit Christophe Le Blanc. Deux nouvelles cabines de peinture ont été installées. Avec ses deux entités, totalisant un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros, MBD Technologies Group compte atteindre entre 20 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, « dans les trois ans », observe le dirigeant. De nouvelles acquisitions seraient déjà dans son viseur.

Source de l’article : Les Echos

 



SOCIÉTÉ DE GESTION AGRÉÉE PAR L'AUTORITÉ DES MARCHÉ FINANCIERS (N°AGRÉMENT AMF GP 00014)