Entrepreneur Venture | EV cède Equator Motorsport à Galiena
2985
post-template-default,single,single-post,postid-2985,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

EV cède Equator Motorsport à Galiena

EV cède Equator Motorsport à Galiena

Le prestataire lyonnais de services d’hospitality et d’organisation de voyages pour les événements sportifs, soutenu par Entrepreneur Venture depuis 2015, passe sous le contrôle de Galiena. Son fondateur Etienne Frétault conserve 20 % du capital.

Après dix huit ans à la tête d’Equator MotorsportEtienne Frétault se range des voitures. Le dirigeant de la société lyonnaise fournissant des prestations d’hospitality aux sponsors d’événements sportifs et d’organisation de déplacements aux professionnels (écuries, médias…) cède son entreprise à Galiena, le fonds d’investissement de Pascal Noguera et Benoit Panhard. Si Entrepreneur Venture, entré en 2015 moyennant un ticket de quelque 1,5 M€ en actions et en obligations, selon nos informations, cède l’intégralité de sa participation, le fondateur reste associé à hauteur de 20 % au côté de ses cadres et du nouvel entrant. Les contours financiers de l’opération n’ont pas été révélés, mais la société se targue d’avoir retourné 24 M€,depuis ses débuts, à ses actionnaires. Quatre banques financeraient l’opération. Pour rappel, Equator avait été accompagné, de 2005 à 2012, par Evolem qui contrôlait près d’un quart du capital.

En trois ans, Equator n’a pas déroulé l’ambitieux programme qu’il s’était fixé à base d’acquisitions significatives pour tripler voire quadrupler son chiffre d’affaires. Reste que ce dernier a progressé de 50 % entre 2015 et 2017 (et de 15 % sur les dix ans écoulés) pour atteindre 10 M€ (13 M€ de volume d’affaires) et 4 M€ de marge brute. « Nous n’avons pas pu réaliser d’opérations de croissance externe car il n’y a pas d’opportunité qui ait abouti, déplore Etienne Frétault (photo ci-contre). Mais Equator s’est transformé, staffé, structuré et développé en passant de vingt à trente salariés et en explorant de nouveaux marchés avec les milieux du handball, du volley ou encore du basket et en accédant au niveau de la Coupe du monde pour des sports comme pour le rugby. »

C’est à l’issue d’un process dual track restreint lancé par Linkers que Galiena a pris le contrôle de la société dans un contexte jugé favorable. « Quand Etienne Frétault nous a fait part de son souhait de tourner la page, nous avons, comme toujours, écouté son choix, raconte Charles Fossey, directeur d’investissement chez Entrepreneur Venture. Nous avons rapidement eu la perspective de belles plus-values, au vu du trend de croissance de chiffre d’affaires et de résultat d’Equator depuis plusieurs années. Et le process a confirmé que ce type de société intéresse industriels et financiers. » Ces derniers s’étant montrés pour finir plus rapides dans l’exécution et plus généreux dans l’offre. Alors qu’il a démarré dans le secteur des sports mécaniques, lesquels représentent aujourd’hui encore un peu plus de la moitié de son chiffre d’affaires, « Equator est devenu une plateforme solide et duplicable », estime Etienne Frétault, rappelant que le business sportif est en plein développement, alors que le sport se professionnalise.

 

Article publié sur CFnews.net

 



SOCIÉTÉ DE GESTION AGRÉÉE PAR L'AUTORITÉ DES MARCHÉ FINANCIERS (N°AGRÉMENT AMF GP 00014)