Entrepreneur Venture | PGE-PGO
2770
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-2770,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

PGE-PGO

Christine Melous
– Présidente de PGE-PGO

 

ENTREPRENEUR VENTURE VOUS ACCOMPAGNE DEPUIS 2015. COMMENT A ÉVOLUÉ VOTRE SOCIÉTÉ DEPUIS CE PREMIER INVESTISSEMENT ?

J’ai toujours eu une appétence particulière pour le milieu de l’éducation. J’ai repris et dirigé le groupe ESP (Ecole Supérieur de Publicité, Communication et Marketing) de 2010 à 2015. En novembre 2015, je me lance dans un nouveau projet avec la reprise de PGE-PGO qui accompagne les étudiants dans la préparation aux concours d’entrée dans les écoles de commerce ainsi que dans les différents IEP.

Le partenariat avec Entrepreneur Venture a permis d’entamer notre stratégie de développement avec l’ouverture de stages en province (Lyon, Rennes, et Toulouse), nous offrant également l’opportunité d’élargir notre offre aux concours d’entrée en école d’ingénieur. En mars 2017, nous avons racheté la préparation Tage Major à Paris et en juillet 2017, l’institut Major à Bordeaux, spécialisé dans l’accompagnement des étudiants en droit et médecine. Une offre PGE-PGO a également été lancée en septembre 2017 à Nantes et à Bordeaux.

 

L’ATTENTE DES ETUDIANTS EN CE QUI CONCERNE LA PRÉPARATION AUX CONCOURS ÉVOLUE-T-ELLE AU FIL DES ANNÉES ?

Je dirais que ce sont davantage les concours, et donc la formation aux concours, qui évoluent plutôt que l’attente des étudiants. Les formats des concours changent d’année en année et nous devons faire preuve d’une grande flexibilité afin d’adapter le contenu de nos formations aux différentes épreuves.

Aujourd’hui, les concours ne consistent plus exclusivement en des épreuves écrites « traditionnelles » mais incluent des épreuves, écrites et orales, de plus en plus complexes tels que des études de cas ou des interviews collectifs. Egalement, les concours d’entrée dans les formations post-bac deviennent de plus en plus répandus et nécessitent également une adaptation de nos formations.

 

COMMENT LE GROUPE PGE-PGO SE DÉMARQUE-T-IL DES AUTRES ACTEURS DU SECTEUR DE L’AIDE A LA PRÉPARATION AUX CONCOURS ?

L’une des particularités et forces de PGE-PGO est l’état d’esprit d’entraide dans lequel sont nos élèves. Avec leurs accords, nous publions sur notre intranet leurs copies afin que chacun puisse connaître ses axes d’amélioration pour atteindre un certain résultat.

Le réseau des anciens est également très actif : des anciens élèves de PGE-PGO sont toujours présents pendant les stages de préparation et ils sont une aide précieuse pour les futurs candidats aux concours.

Nous pensons également que l’un de nos avantages compétitifs réside dans notre capacité à nous adapter rapidement et efficacement à l’évolution des concours. Comme discuté précédemment, cette flexibilité est primordiale et nous y prêtons beaucoup d’importance.

 

UN DES SUJETS MAJEURS DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION CONCERNE LA DIGITALISATION DES CONTENUS PÉDAGOGIQUES. PENSEZ-VOUS QU’IL SERAIT A TERME POSSIBLE DE COMPLÈTEMENT « DIGITALISER » LA PRÉPARATION AUX CONCOURS ?

Le sujet de la digitalisation des contenus est un sujet qui concerne toutes les formations. L’évolution technologique nous permet de faire des choses que l’on ne pouvait pas faire auparavant.

Leur mise en application dans un contexte pédagogique demeure néanmoins plus délicate. Par exemple, il est compliqué pour un professeur d’animer efficacement et faire vivre une « live classe ». Il est important de comprendre ce que l’on peut faire avec les outils digitaux, mais également ce que l’on ne peut pas faire. Motiver ses élèves à apprendre est, d’après moi, beaucoup plus efficace quand nous les avons en face de nous.

Néanmoins, la digitalisation des formations va se développer, mais il est primordial de garder un certain recul pédagogique pour qu’elle soit efficace.

 

QUE CONSEILLERIEZ-VOUS AUX ENTREPRENEURS QUI SOUHAITERAIENT SE LANCER DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION ?

L’éducation est un secteur d’activité formidable mais il ne faut pas être naïf. Il s’agit d’un secteur dans lequel les opportunités économiques existent, mais il s’agit aussi d’un secteur de plus en plus concurrentiel et structuré par de gros acteurs historiques.

Il ne faut pas penser qu’il n’est pas possible de réussir, mais il faut trouver les niches dans lesquelles il n’y a pas beaucoup de concurrence et où il y a de la place. En particulier, je pense qu’il existe des opportunités certaines dans les formations aux métiers manuels.

Pour finir, il faut avoir pleinement conscience de l’importance de ce que nous proposons pour l’avenir des jeunes que nous formons : il faut bien sûr proposer des formations de qualité mais aussi comprendre quels seront les indicateurs de cette qualité et les mettre en place.

Secteur

Education

Date de création

2008

Date d'investissement

2015

SOCIÉTÉ DE GESTION AGRÉÉE PAR L'AUTORITÉ DES MARCHÉ FINANCIERS (N°AGRÉMENT AMF GP 00014)